• La traversée de la Manche au temps des Mammouths !

• La traversée de la Manche au temps des Mammouths !

Mélanie Gretz et Karine Plée Tranchet, Association Animuse,  (http://www.animuse.ch/)

Sébastien Castelltort, Dept, Sciences de la Terre, université de Genève

Avril 2020

En quittant le port de La Rochelle, le grand voyage de Gaia et son équipage débutera par la traversée du bras de mer nommé « Manche », le bras de mer qui sépare aujourd’hui la France de l’Angleterre. Les anglais la nomment “English Channel”, i.e. le canal anglais.  Mesurant 33 km en son point le plus étroit, cette frontière naturelle entre le continent européen et l’île de la Grande-Bretagne constitue une voie maritime très fréquentée.

Mais saviez-vous qu’il y a environ 20’000 ans, aucun bateau n’aurait pu emprunter cette voie ? En effet, à cette époque la Manche se traversait à pied sec !

UNE HISTOIRE DE TEMPS LONG ET D’EVOLUTION DU CLIMAT

A travers notre regard humain, il semble que les paysages qui nous entourent ont de tout temps existé et perdureront dans le futur. Et pourtant, depuis son origine, notre planète n’a de cesse connu des changements et les roches que l’on observe dans la nature en sont des témoins directs. En étudiant de près leur nature, leur forme, leur agencement ou encore les précieux indices qu’elles renferment (fossiles, minéraux), la/le géologue retrace des histoires qui se racontent en milliers, millions ou parfois en milliards d’années.

En reconstituant le passé, il a été découvert notamment que la Terre a connu d’importantes variations du climat avec des périodes bien plus chaudes et d’autres bien plus froides qu’aujourd’hui. On comprend également que les facteurs lié aux changements climatiques ont une grande influence sur le façonnement et l’évolution des paysages.

VOYAGE DANS LE PASSÉ : LA MANCHE IL Y A 20’000 ANS

Si nous pouvions faire un saut de 20’000 ans dans le passé, c’est à dire il n’y a pas si longtemps à l’échelle des temps géologiques, nous nous apercevrions que le climat était alors bien plus froid qu’aujourd’hui et que nous serions bien mal acclimatés à ces conditions glaciales ! A cette époque, surnommée « dernière période glaciaire », il faisait en moyenne 10°C de moins en Europe. Jusqu’à hauteur de la latitude de Berlin et de Londres, la totalité du nord du continent était recouverte par une épaisse calotte de glace pouvant atteindre près de 3’000 mètres d’épaisseur ! Plus au Sud, de gigantesques glaciers habitaient également les Alpes et la région du lac Léman se situait sous 1’000 mètres de glace

L'inlandsis de la Fenoscandie il y a 22 000 BP, la dépression glacio-eustatique est de 120 - 130 m

Figure 1: L’Europe il y a 20’000 ans ( Source : Coutterand 2010)

Macintosh HD:Users:KL:Downloads:Isunnguata-sermia-greenland.jpg

Figure 2 : Paysage glaciaire( Le glacier Isunnguata Sermia, Groenland – Source : https://fr.wikinews.org/wiki/Danemark_:_fonte_de_la_calotte_glaciaire_du_Groenland#/media/Fichier:Isunnguata-sermia-greenland.jpg)

La Manche, quant à elle, était une région asséchée. Les hommes préhistoriques et les animaux tels les mammouths et les rhinocéros laineux pouvaient ainsi passer de la France à la Grande-Bretagne. Les paysages qu’ils traversaient étaient de vastes plaines arides et venteuses qui s’apparentaient aux steppes de Sibérie actuelles. Un seul obstacle pouvait entraver le parcours : le paléofleuve Manche qui réceptionnait sur son chemin les cours d’eau connus aujourd’hui sous les noms de Seine, Rhin, Somme et Solent. Ce fleuve s’écoulait directement depuis la calotte glaciaire européenne en direction de l’ouest et se jetait dans l’Atlantique Nord en déversant de grandes quantités de sédiments dont on observe encore aujourd’hui les dépôts sableux dans les abysses du Golfe de Gascogne.

Figure 3 : Détail de carte précédente indiquant le cours du paléofleuve de la Manche (modifié de Coutterand 2010)

 

Steppe-sparse, dry, treeless grassland

Figure 4 : Paysage de steppe de Mongolie (https://www.pinterest.ch/pin/778559854304798491)//

Macintosh HD:Users:KL:Desktop:1280px-Ice_age_fauna_of_northern_Spain_-_Mauricio_Antón.jpg

Figure 5 : Quelques grands mammifères dans la steppe-toundra

Source : Mauricio Antón — from Caitlin Sedwick (1 April 2008). “What Killed the Woolly Mammoth?”. PLoS Biology 6 (4): e99. DOI:10.1371/journal.pbio.0060099. Woolly mammoths were driven to extinction by climate change and human impacts. The image depicts a late Pleistocene landscape in northern Spain with woolly mammoths (Mammuthus primigenius), equids, a woolly rhinoceros (Coelodonta antiquitatis), and European cave lions (Panthera leo spelaea) with a reindeer carcass. (Information according to the caption of the same image in Alan Turner (2004) National Geographic Prehistoric Mammals, Washington : National Geographic ISBN 9780792271345, ISBN 9780792269977).

LES GLACIATIONS ET LES CHANGEMENTS DU NIVEAU MARIN 

Mais comment expliquer l’assèchement de la Manche ? Pour comprendre ce phénomène, il faut savoir que l’une des conséquences majeures des glaciations est un abaissement des niveaux marins.

Sur notre planète, la quantité totale d’eau est constante et lors de périodes interglaciaires comme aujourd’hui, l’eau s’évapore des océans, est transportée sous forme de nuages puis retombe sur le sol sous forme de précipitations (pluie ou neige). Après un certain temps, toute cette eau retourne dans les océans. On appelle ce phénomène le cycle hydrologique. Pendant les périodes glaciaires, de gigantesques calottes de glace nommées « inlandsis » se forment sur les continents et se prolongent dans les mers ; celles-ci vont modifier le cycle hydrologique car elles vont emprisonner les précipitations dans leur grand masse de glace et les empêcher ainsi d’aller remplir les océans. Cela aura pour conséquence une baisse globale des niveaux marins, phénomène appelé glacio-eustatisme.

Ainsi, il y a 20’000 ans, le niveau marin était de 120 à 130 mètres plus bas que le niveau actuel. La Manche qui aujourd’hui est un bras de mer de faible profondeur (entre 50 et 100 m) était alors complètement émergée. Le trait de côte qui est la limite terre-mer se situait bien plus à l’ouest de celui que nous connaissons aujourd’hui sur la façade atlantique française et anglaise.

Succédant à cette période glaciaire, une hausse des températures faisant fortement fondre les calottes et augmenter les niveaux marins modifia les paysages qui devinrent progressivement ceux que l’on connaît aujourd’hui. La formation du bras de mer de la Manche, créa alors un « BREXIT géologique » en séparant la Grande-Bretagne du continent européen !

VERS UNE PROCHAINE ÈRE GLACIAIRE ?

Dans l’histoire récente de notre planète, depuis environ 3 millions d’années, le climat oscille continuellement entre périodes glaciaires et périodes interglaciaires. La Manche a ainsi connu plusieurs épisodes d’asséchement. Aujourd’hui, nous vivons en période interglaciaire à laquelle devrait normalement succéder à nouveau une période glaciaire. Cependant, dû aux activités humaines, qui ont pour conséquences un réchauffement climatique, ce prochain épisode pourrait bien être retardé.

RÉFÉRENCES :

Sylvain Coutterand

  • Carte d’Europe

Sylvain CoutterandÉtude géomophologique des flux glaciaires dans les Alpes nord-occidentales au Pléistocène récent. Du maximum de la dernière glaciation aux premières étapes de la déglaciation
Géographie. Université de Savoie, 2010. Français

  • La Manche

https://wwz.ifremer.fr/gm/Comprendre/Nos-questions/Environnements-sedimentaires-et-paleoclimat/Variation-du-niveau-de-la-mer-4-posters

https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/la-grande-bretagne-et-l-ue/avant-le-brexit-des-geologues-racontent-comment-la-grand-bretagne-s-est-separe-du-continent-il-y-a-500-000-ans_2129733.html

Nestler Ralf , 2019 : No-Deal-Brexit, NZZ am Sonntag 6. Oktober 2019

  • Rhinocéros laineux en Grande-Bretagne:

https://www.hominides.com/html/animaux-prehistoriques/rhinoceros-laineux-coelodonta-antiquitatis.php

  • Mammouths en Grande-Bretagne

https://www.maxisciences.com/mammouth/il-y-a-14-000-ans-les-mammouths-parcouraient-encore-l-angleterre_art2488.html

  • Changements niveaux marins

http://www.sfu.museum/journey/fr/secondaire2eme-secondary/niveaux_marins-sea_levels

https://planet-terre.ens-lyon.fr/article/td-deglaciation.xml#reponse1

https://www.futura-sciences.com/planete/dossiers/geologie-variations-niveau-mer-862/page/4/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code