Gaia: fin de la saison 1

Gaia: fin de la saison 1

Le jour de notre arrivée à Craobh Haven fut la dernière belle journée pour une semaine. Les prévisions annonçaient du sud ou sud ouest, entre fort et violent et de la pluie pour toute la semaine. Inutile donc de naviguer encore et de rejoindre quelques ancrages de plus dans la région, mais un temps qui n’était pas non plus propice aux préparatifs pour l’hivernage de Gaia.

Un peu de gris

Nous avons profité des dernières heures de beau temps pour faire une belle promenade dans le sud de Craobh Haven. Nous y avons trouvé un beau manoir et, dans ses environs quelques cottages bien entretenus, isolés les uns des autres, bref un petit ensemble de résidences secondaires pour personnes ne craignant pas de faire des kilomètres sur des petites routes pour rejoindre leur havre de l’été.

Craobh Haven

Nous avons ensuite utilisé le temps disponible pour quelques aménagements intérieurs et pour nous préoccuper de la cartographie électronique pour la navigation de l’année prochaine. Le processus fut long et parsemé d’embûches. Le service après-vente de Garmin faisant partie des institutions qui rendent tout paiement et commande aisés et annoncent fièrement être à notre disposition pour toute demande. Seulement voilà, il faut téléphoner, répondre à N questions par touches, attendre d’interminables dizaines de minutes en entendant des musiques sans intérêt et des messages relatant l’auto-satisfaction de l’entreprise, pour enfin arriver à un interlocuteur qui s’enquiert de nos difficultés, constate qu’il n’arrive pas à répondre aux questions, en réfère à son chef, revient sans réponse mais en promettant que le spécialiste nous rappellera; ce qui ne se passe -évidemment- pas. Un courrier mécontent, ferme et clair à la personne qui nous a vendu le système a permis de casser cette chaîne infernale à laquelle nous sommes tous soumis maintes fois auprès d’une variété de fournisseurs, et d’entrer en contact direct avec une vraie personne avec laquelle les problèmes seront résolus.

Les jours ont passé. Le week end est arrivé, avec lui la visite d’Anne, la présidente de la “Royal Society of Edinburg”, l’académie des sciences de l’Ecosse. Anne a aussi été “chief science advisor to the president of the European Commission” pendant que je présidais l’association européenne des académies des sciences (EASAC). C’est dans ce cadre que nous avions fait connaissance. Elle navigue aussi dans les eaux écossaises avec son mari et nous a donné bien des idées de mouillages pour notre tour écossais. Notre dialogue passait de la navigation à la gouvernance et au rôle des académies, rôle qui devrait être, je crois, beaucoup plus important qu’il ne l’est maintenant.

Le lundi, finalement, le vent a diminué, la pluie s’est arrêtée, un timide rayon de soleil a fait son apparition. Nous en avons profité pour rincer, sécher, affaler, plier et ranger trinquette et génois. Nous avons encore une fois apprécié l’ingéniosité d’Amel qui nous a permis de remiser seuls des voiles fort lourdes.

Le soir encore un dîner avec Simon et Sally qui se proposent de venir voir Gaia lors de chacun de leurs passages dans la région. Puis dernière lessive, derniers nettoyages et mercredi matin départ vers Genève après avoir vécu trois mois à bord.

Trois heures de transport routier, puis l’aéroport de Glasgow, vide, fantomatique, un avion rempli à un tiers, l’aéroport de Schiphol, un peu plus vivant mais fonctionnant à un petit pourcentage de son niveau usuel, un autre avion aussi rempli à un tiers et Genève où l’aéroport est aussi remarquablement tranquille. Les échoppes vides ou fermées et les méandres au travers des “duty free” des aéroports sont un témoignage criant de la cupidité commerciale et du triomphe du marketing. Les aéroports presque dépourvus de voyageurs suggèrent la fin d’une ère. Certains peuvent voir ceci comme une catastrophe imminente, mais il est aussi possible de contempler ces infrastructures vides comme la fin d’une folie inconsidérée, et donc comme un signal encourageant de notre société. Gardons quelques méga-aéroports comme des monuments historiques, témoins d’une époque de folie.

La grande silhouette et le visage souriant d’Yves, venu nous accueillir à l’aéroport, réchauffaient le hall d’arrivée désert à Genève et préfiguraient d’autres visages d’enfants et petits-enfants accueillants et non moins souriants retrouvés les jours suivants. Un vrai plaisir.

10 thoughts on “Gaia: fin de la saison 1

  1. Bon retour parmi nous et au plaisir de vous revoir en plaine ou en montagne.
    Merci pour vos escapades détaillées et attendues comme un roman à épisodes.

    Amitiés

    Liliane et Matti

  2. Welcome back! J’ai eu énormément de plaisir à vous suivre, au fil de ces papiers fort bien écrits (vraiment !).
    Heureux qui comme les Courvoisier …
    A bientôt !

  3. Comme les oiseaux migrateurs, c’est judicieux de rentrer en des contrées au temps plus clément à l’équinoxe! Bon retour au bercail pour apprécier bientôt
    les belles couleurs de l’automne dans la vigne et au bord du lac. Et surtout pour revoir la famille et vos ami·e·s.
    Tout de bon et amitiés,

  4. BIENVENU!!!
    Heureuse de vous savoir rentrés parmi nous! Merci pour ces récits si bien écrits et réguliers! J’ai tout suivi avec bp d’intérêt et reconnu des endroits visités sur terre ferme
    Me réjouis de vous revoir!
    Gros bisous affectueux
    Françoise Plojoux

  5. Lieber Thierry,
    Eure Reise war spannend. Es hat mit viel Spaß gemacht über Euer Bordbuch mit dabei zu sein. Vielen Dank! Ich freue mich schon Dich im November wiederzusehen.
    Liebe Grüsse
    Matthias

  6. Bon retour et on se réjouit de vous retrouver probablement autour d’un verre et d’entendre vos belles histoires de marins et de lointains voyages!

  7. Bienvenue à la maison et à temps pour voir la fin des vendanges.
    Nous avons adoré vos récits de voyages et admiré vos photos uniques. Merci d’avoir
    partagé ces moments précieux et inoubliables avec nous.
    Amitiés
    Monique et Nicolas

  8. Bravo les amis pour votre courage vers ces mers parfois tempétueuses, ou juste bien inondés d’eau. Ce n’est pas cela qui manque là haut. Revenez à la maison enrichis d’expériences colorées dans tous les domaines que vous pouvez partager avec ceux que vous aimez. Les couleurs d’automnes embellissent la terre. C’est le moment d’un nouveau repos et un nouveau démarrage sur terre. a bientôt j’espère!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code